Nous répondons en direct

Krill

Krill

Euphausiacea
Euphausia superba

Anti-oxydant

  • Description :
    Le Krill est un terme générique utilisé pour désigner l’ensemble des 85 espèces marines planctoniques d’eau froide et profonde de l’Antarctique.

    En norvégien, krill veut dire "nourriture de baleine". En effet le Krill, cette si petite crevette s'avère être la nourriture du plus grand mammifère marin, la baleine. L’espèce la plus connue de ces mini-crustacés, l’Euphosa superba, est une petite crevette dont la taille varie de 0,6 cm à 10 cm.

  • Usages :
    On tire de Euphausia superba (pêché en Antarctique, dans la section atlantique de l’océan circumpolaire austral-antarctique) une huile qui « par son profil d’acides gras proche de celui des huiles de poisson peut être considéré comme une alternative pour favoriser le suivi des apports nutritionnels conseillés en EPA et DHA », riche en phospholipides, en oméga 3 (EPA, DHA et en anti-oxydants. Elle a fait l'objet de recherches dans la lutte contre le cholestérol et l'excès de triglycérides6. Il semblerait que cette huile puisse aussi avoir un intérêt dans le syndrome prémenstruel.

  • Composants :
    Le krill étant un zooplancton qui se situe au début d’une chaîne alimentaire, il est, de ce fait, extrêmement pur et exempte de métaux lourds "mercure, PCBs, dioxines, radioactivités..." à la différence des huiles habituelles de poisson.

  • Historique :
    En arctique et dans le nord de l'océan Atlantique, il s'agit principalement de Meganyctiphanes norvegica, crustacés de 6 cm à 7 cm de long pesant en moyenne 2 g, au corps presque transparent et légèrement verdâtre car il se nourrit en filtrant le phytoplancton, pigmenté de points rouges et montrant deux grands yeux noirs. Il vit jusqu'à six ans.

    Dans l'océan austral, le krill antarctique est principalement constitué d’Euphausia superba, sans courbure dorsale et possédant des yeux noirs de grande taille. Pélagique, il constitue la première source d'alimentation des cétacés à fanons (mysticètes ; dont grands rorquals et baleines franches), avec un rendement très faible pour les cétacés, puisque pour grossir de 1 kg, ils doivent en absorber 100 kg. Les baleines en mangent plusieurs tonnes par jour. Ainsi, le déplacement de ces minuscules crustacés entraîne-t-il à lui seul, la migration des géants des mers.


Faire défiler