Bien vivre sa ménopause

La ménopause est une étape essentielle de la vie des femmes.

La ménopause marque la fin des cycles et des ovulations et donc la fin de la possibilité de procréer. Cette étape se passera d'autant mieux qu'une femme gardera un état d'esprit positif.

Les changements hormonaux sont progressifs. Les femmes ont deux hormones sexuelles alors que les hommes n'en ont qu'une seule : la testostérone. Chez la femme, coexistent durant toute la période d'activité génitale les œstrogènes et la progestérone. La progestérone rend les armes la première et c'est la phase de pré-ménopause. Le déséquilibre ainsi créé explique tous les symptômes rencontrés, qui ressemblent beaucoup à ceux du syndrome prémenstruel. Puis les oestrogènes baissent à leur tour et il n'y a plus d'hormones. Les cycles cessent et on parle de ménopause confirmée après huit mois sans règles.

Traitement classique

Le traitement classique de la préménopause consiste à donner la progestérone manquante sans ajouter d'œstrogènes puisqu'ils sont toujours présents. On la donne en général du 15e au 25e jour, voire du 5e au 25e jour.

La ménopause proprement dite se traite classiquement par le fameux traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS). Ce traitement est actuellement très controversé. Son efficacité sur les bouffées de chaleur est net et sans équivoque. Son effet sur la prévention de l'ostéoporose ne semble pas si évident qu'on a pu le dire à une époque. L'hérédité de mère en fille joue le rôle principal.

Quant à la prévention cardiovasculaire, elle a été récemment remise en question avec la publication en 2002 d'une vaste étude américaine (la Women's Health Initiative study) qui montre que le THS augmente le risque cardiovasculaire.

Soulager les troubles de la ménopause par les plantes

De plus en plus de médecins et de gynécologues proposent la phytothérapie comme traitement alternatif et sans danger, que ce soit pour la préménopause ou pour la ménopause elle-même.

Dans la préménopause (manque de progestérone avec encore des œstrogènes), si les règles s'amenuisent, c'est l'armoise qui sera utile, éventuellement associée à la sauge pour son action de régulation hormonale. Si les règles sont abondantes, le cyprès sera indiqué et dans tous les cas, l'huile d'onagre est incontournable puisque son action se fera aussi bien sur les règles douloureuses, abondantes, les tensions dans les seins et même déjà sur la sécheresse vaginale et sur l'humeur ! Dans la ménopause confirmée (au moins huit mois sans règles), l'alfalfa est une plante très utile associée toujours à la sauge pour son action hormonale. Le houblon agit très bien sur les bouffées de chaleur. Parfois il est nécessaire d'y associer lavande et menthe.

Le lecteur sera étonné de ne pas voir ici parler de soja. Des préparations toutes faites de cette plante existent et sont tout à fait indiquées dans la ménopause confirmée. Elles agissent sur toutes les composantes (sécheresse, humeur, peau, et bien sûr bouffées de chaleur, de même que la qualité des os). Mais il s'agit d'un traitement au long cours dont il faut discuter avec son médecin phytothérapeute ou gynécologue (car il existe quelques contre-indications).

Votre ordonnance phyto

Contre les bouffées de chaleur de la ménopause, prenez 1 gélule matin et soir de sauge 20 jours par mois. À cela vous associerez 1 gélule de lavande le matin et 1 gélule de houblon le soir.

Les huiles essentielles sont d'un grand secours tant pendant la pré-ménopause qu'au cours de la ménopause. La consultation chez un aromathérapeute sera la solution idéale pour un traitement parfaitement adapté à chacune.

Les solutions aroma

En période de pré-ménopause lorsque les règles sont totalement anarchiques, parfois hémorragiques, parfois insignifiantes et surtout très douloureuses, le basilic, le cyprès et l'estragon seront vos trois huiles essentielles. Le basilic relâche les spasmes douloureux et est anti-inflammatoire sur le petit bassin.

Le cyprès agit très bien sur les symptômes de pré-ménopause surtout par son action veineuse sur le petit bassin. Il décongestionne et régularise les flux hormonaux perturbés.

L'huile essentielle d'estragon est proche de celle du basilic mais a une action sur le système nerveux. L'estragon agit sur les terrains déminéralisés et spasmophiles.

Enfin, l'huile essentielle de sauge calme les bouffées de chaleur. Sachez que son usage doit être modéré en cas d'hypertension et elle est contre-indiquée en cas de cancer hormono-dépendant comme celui du sein ou d'antécédents à ces mêmes cancers.

Votre ordonnance

Pré-ménopause : 3 gouttes Huile Essentielle cyprès + 3 gouttes Huile Essentielle basilic dans deux cuillerées à soupe d'huile d'avocat à étaler sur le bas du ventre et la région lombaire en massage du 5e au 25e jour du cycle si on peut encore se repérer ou tout simplement 20 jours par mois s'il n'y a plus de repères.

Ajouter 3 gouttes HE estragon en cas de nervosité, d'humeur difficile ou de terrain spasmophile.

L'huile d'onagre est utile pour rééquilibrer les hormones et passer en douceur vers la ménopause. 1 gélule par jour selon le même schéma.

Ménopause confirmée : contre les bouffées de chaleur : 1 goutte Huile Essentielle sauge tous les jours à étaler sur le plexus solaire et sur le front et masser.
La sauge
Nom latin : Salvia officinalis

Famille des Lamiacées

La sauge est une plante bien connue de nos jardins (la sauge aromatique, car il existe des sauges ornementales à belles fleurs mais sans intérêt ici).

Elle est utilisée, en cuisine. On l'appelle aussi thé de Grèce. Étymologiquement, sauge vient de salvia (sauver en latin). Un proverbe antique nous dit : « Pourquoi meurt-il, celui dont la sauge pousse au jardin ? ».

La sauge est une grande plante de la régulation hormonale chez la femme. Cela tient à sa teneur en phytoestrogènes, des hormones œstrogènes d'origine végétale qui ont une action similaire à celles des œstrogènes naturelles. Les phytoestrogènes n'ont pas les inconvénients des hormones classiques mais nécessitent des précautions.

La sauge agit contre les sueurs excessives, en particulier au niveau des mains et des aisselles, liées au stress ou non.

Elle facilite la survenue des règles, diminue les pertes blanches. Elle prévient les migraines liées aux règles et les cystites récidivantes liées aux dérèglements menstruels. Elle facilite la conception comme l'accouchement.

Extrait du livre Le Guide de la Phytothérapie - Alpen Editions - Dr Daniel Sciemeca et Dr Max Tétau

Faire défiler