Le Burn Out et l’épuisement professionnel

Le Burn Out et l’épuisement professionnel

1024
0
PARTAGER
Jusqu'à -25% sur dès 2 unités identiques Fenioux

Le signal d’alerte de la dépression

On sait que la fatigue accumulée, associée à un rythme trop accéléré, l’absence de temps de repos nerveux, la soumission à des contraintes de temps surtout, ainsi qu’une mauvaise qualité de sommeil, concourent à la dépression. Mais on sait tout aussi bien que lorsqu’on est déprimé tout devient insurmontable et des choses que l’on effectuait sans difficultés auparavant deviennent très pénibles, voire impossibles. il est donc souvent difficile de faire la part des choses et de savoir quelle est la cause et quelle est la conséquence.

Pas facile d’admettre une dépression

Dans notre société de culture latine, la dépression est mal vue, particulièrement chez les hommes. Rien d’étonnant à ce jolie mot de “fatigue” remplace avantageusement celui de tristesse, mal-être, cafard ou spleen plus difficiles à assumer et donc à exprimer.

On a le droit de mentir aux autres (même si ce n’est pas bien). Mais on n’a absolument pas le droit de se mentir à soi-même ! Accepter que la fatigue soit la partie visible d’un iceberg nommée dépression n’est ni une honte, ni un échec. Accepter cela, c’est tout simplement commencer à guérir.

Accepter cela, c’est pouvoir cesser de se voiler la face et commencer un traitement : une psychothérapie, une sophrothérapie, mais aussi utiliser des compléments alimentaires comme l’homéopathie ou la phytothérapie, voire même entamer un traitement classique si nécessaire.

Le principal obstacle au traitement est la croyance bien ancrée hélas que l’on peut toujours s’en sortir tout seul, ou même que l’on doive absolument s’en sortir tout seul. Rien n’est plus faux. L’homme est un animal social qui a besoin de la relation à l’autre et du dialogue pour vivre.

Fatiguée par le stress

La pression du travail et son cortège de stress sont devenus  un élément quotidien au moins chez les habitants des grandes villes.

Ce stress est la conséquence de plusieurs causes qui s’additionnent :

  • Lever de bonne heure à cause du trajet;
  • Mauvaise ambiance sur le lieu de travail;
  • Harcèlement éventuel de supérieurs peu scrupuleux;
  • Obligation de résultats et de réduction du personnel;
  • Coupure déjeuner réduite à presque rien;
  • Univers sonore très pollué (sonneries, klaxons, travaux);
  • Trajet de retour long et arrivée tard à la maison;
  • Obligations ménagères et familiales vécues comme une frustration supplémentaire;
  • Coucher tard, pour éviter la sensation “métro boulo dodo”

Cette pression constante qui donne l’impression que rien n’est jamais fini, que le repos est volé, constitue le stress. Le stress use le système nerveux par effets cumulatif. Sans oublier que plus le stress fait son effet, moins l’on est en état de réfléchir à ce qui pourrait améliorer notre vie, et c’est le cercle vicieux. La fatigue s’installe en maître.

Fatiguée de ne pas dormir

Le sommeil est une fonction essentielle de notre vie, sous le contrôle de notre cerveau. Comme tous les animaux, nous avons besoin  de cette période de repos physique et de remise en état du système nerveux.

Le surcroît de travail et le rythme impitoyablement  rapide de nos sociétés ont tendance à nous faire empiéter sur nos heures de sommeil pour arriver à tout faire. La fatigue du cerveau mal reposé s’accumule est rend moins performant; on a besoin de plus de temps pour faire, faire faire et le cercle infernal est installé. Le sommeil se dégrade et on est devenu trop fatigué pour dormir !

Le Burn Out  ou syndrome d’épuisement professionnel

Le Burn Out  ou syndrome d’épuisement professionnel est un terme générique désignant un état de fatigue émotionnel, mental et physique caractérisé par un manque de motivation et de performance après des mois, voire des années de surmenage.

Sa cause : longue implication dans des situations exigeantes émotionnellement, conditions de travail contraignantes, management inhumain ou encore relations extrêmement difficiles dans la sphère professionnelle.

3,2 millions d’actifs sont concernés, soit 12,6 % de la population active. Certaines fonctions sont plus touchées que d’autres, cadres, agriculteurs, employés, chefs d’entreprises, artisans… mais tous les acteurs d’activité sont concernés.

Le syndrome d’épuisement professionnel évolue en 3 phases :

1- Phase d’alarme : le stress entraîne l’apparition de troubles du sommeil, de palpitations, de maux de tête, d’irritabilité, de perte de motivation…

2- Phase de résistance : les réactions physiques de la phase d’alarme disparaissent peu à peu malgré la persistance du stress, le métabolisme s’adapte.

3- Phase de rupture : l’exposition aux agents « stresseurs » fait réapparaitre les réactions caractéristiques de la phase d’alarme, mais elles deviennent irréversibles.

Réagissez et relevez la pente !

La prise en charge du Burn Out est avant toute chose une prise de conscience. Une psychothérapie ou cure par la parole est un pré-requis pour traiter cette pathologie.

ANBOSYN : un allier précieux

anbosyn burn outANBOSYN (ANti Burn Out SYNdrome) est l’unique complément alimentaire permettant d’améliorer la symptomatologie générale du BURN OUT et cela a été démontré par une étude clinique menée par le Dr Alain JACQUET au département de Pharmacologie de la faculté de médecine de l’Université de Bordeaux.
Celle-ci a permis de démontrer une très nette amélioration de l’état de santé des 87 patients soumis à cette étude, en degré élevé ou très élevé de BURN OUT.

Anbosyn est composé :

  • d’Extrait de racines d’Eleuthérocoques : appelé aussi  « Giseng Sibérien », substances adaptogènes qui permettent de lutter contre le stress.
  • d’Extrait de Melon : riche en superoxyde Dismutase (S.O.D) aux propriétés antioxydantes qui permettent de freiner le vieillissement cellulaire accéléré par le Burn Out.
  • de Protéines de lait : riches en décapeptide de caséine alpha 1 aux propriétés anxiolytiques.
  • de Taurine : qui a la propriété de diminuer la libération d’adrénaline lors d’une situation de stress.

Évaluez votre degré d’exposition au Burn Out

Pour toutes les questions, attribuer une note de 1 à 7 selon le barème ci-dessous, ensuite diviser le total par 10 :

1= Jamais

2= Presque jamais

3= Rarement

4= Parfois

5= Souvent

6= Très souvent

7= Toujours

En pensant à votre travail, globalement…

1– Vous êtes-vous senti(e) fatigué(e) ?

2– Vous êtes-vous senti(e) déçu(e) par certaines personnes ?

3– Vous êtes-vous  senti(e) désespéré(e) ?

4– Vous êtes-vous senti(e) sous pression ?

5– Vous êtes-vous senti(e) physiquement faible ou malade ?

6– Vous êtes-vous senti(e) “sans Valeur” ou en échec ?

7– Avez-vous ressenti des difficultés au sommeil ?

8– Vous êtes-vous senti(e) délaissé(e) ?

9– Vous êtes-vous senti(e) déprimé(e) ?

10– Pouvez-vous dire “j’en ai assez” ou “ça suffit” ?

Résultats du diagnostic :

<2,4 Très faible degré de Burn Out : pas de problème particulier dans votre travail.

2,5 – 3,4 Faible degré de Burn Out : une vigilance s’impose.

3,5-4,4 Présence de Burn Out : une prise de conscience est nécessaire alliée à un choix de traitement.

4,5-5,4 Degré élevé d’exposition au Burn Out : un traitement et une prise en charge est fortement conseillée.

>5,5 Degré très élevé d’exposition au Burn Out : une prise en charge immédiate est impérative.

 

Reportage par France 3 Aquitaine sur l’épuisement professionnelle

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Trouvez le nombre : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.