La Maladie d’Alzheimer, maladie de la mémoire

La Maladie d’Alzheimer, maladie de la mémoire

254
1
PARTAGER
Jusqu'à -25% sur dès 2 unités identiques Fenioux

Les mémoires et non pas la mémoire

Les fonctions cognitives regroupent plusieurs fonctions cérébrales dont la mémoire fait partie. Ces fonctions reposent sur l’activité de structures anatomiques bien définies. Dans la maladie d’Alzheimer, ce sont ces fonctions cognitives qui sont touchées. La mémoire, le plus prématurément, les autres composantes cognitives et comportementales plus tardivement.

Les fonctions cognitives ont pour but de faire agir l’individu par rapport au monde extérieur, son entourage, son environnement, son milieu. L’une d’elles est centrale, il s’agit de la mémoire, qui va permettre d’acquérir, stocker ou utiliser les différentes informations récoltées. Les autres fonctions annexes sont l’attention, le langage, la création, le raisonnement, ainsi que les fonctions visio-spatiales qui vont compléter l’action de la mémoire et permettre de se localiser dans l’espace et dans le temps.

Ces fonctions font presque appel à toute la surface du cerveau, mais elles sont surtout localisées au niveau de la partie interne du lobe dit temporal et au niveau de la partie avant du lobe frontal. On comprend aussi qu’une fonction n’agit pas sans l’autre. Lorsque le maladie d’Alzheimer s’installe, au tout début, la fonction mnésique n’est pas la seule à être touchée. Les troubles affectent aussi le langage, le repérage dans l’espace et le temps, le comportement.

Il n’y a pas une mais des mémoires

Il n’existe pas une seule mémoire mais plusieurs mémoires. On parle, en particulier d’une mémoire à court terme, transitoire, et d’une autre mémoire à long terme, définitive, permanente. Le but est d’« engrammer » des informations et faire en sorte qu’elles restent à long terme, qu’elles deviennent permanentes et qu’on puisse s’en servir quand on le souhaite. Pour obtenir cela, il existe plusieurs voies. Et donc plusieurs points de départ du processus de mémorisation à long terme.

Premier point de départ : des gestes, des mouvements répétés qui nécessitent d’être exécutés pour accomplir une tâche. La répétition tient ici lieu d’apprentissage. Ces gestes sont appris grâce à leur répétition. Puis ils sont stockés dans une mémoire à long terme particulière, qu’on appellera mémoire procédurale par référence à l’enregistrement de procédures mis en oeuvre pour le geste ou pour le mouvement. Pour aller piocher dans cette mémoire, nul besoin d’un rappel conscient de l’apprentissage des gestes. Il n’est pas nécessaire non plus d’être capable de les décrire précisément. On préfère même  montrer comment faire. Pour ces raisons, on qualifie cette mémoire permanente de non déclarative et implicite.

Les solutions Espritphyto
ALPEN - MÉMOIRE TOTALE ALPEN - PRÉVENIR ALZHEIMER PSYCHOSYSTEM - BACOPA - 150 GÉLULES
ALPEN – MÉMOIRE TOTALE ALPEN – PRÉVENIR ALZHEIMER PSYCHOSYSTEM – BACOPA – 150 GÉLULES
Ce guide nous explique comment conserver et entretenir sa mémoire avec de simples mesures nutritionnelles et une bonne hygiène de vie. Devenue une priorité de santé publique, la maladie qui s’attaque aux souvenirs mobilise plus que jamais chercheurs, médecins et personnel soignant. Le Bacopa contribue à augmenter la concentration, favorise les capacités d’apprentissage et de mémorisation, tout en aidant à se relaxer.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Trouvez le nombre : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.